La nécessité d’un réseau d’aires marines protégées dans l’océan Austral

Pourquoi l’une des dernières grandes étendues sauvages de la planète doit être protégée

penguins
Laurent Ballesta Andromède Oceanology

En bref

L’océan Austral est l’un des écosystèmes marins les moins altérés de la Terre. Représentant 10 % de la surface océanique mondiale, il abrite des milliers d’espèces que l’on ne trouve nulle part ailleurs : des étoiles de mer aux couleurs brillantes, des vers bioluminescents, des calmars géants et des poissons au sang riche en protéines antigel, etc. Il sert aussi d’habitat à des millions de prédateurs, notamment des manchots, des phoques et des baleines dont le régime alimentaire est principalement constitué de krill, un petit crustacé qui représente un maillon essentiel d’un réseau trophique à l’équilibre fragile. Ces eaux constituent une ressource vitale pour la santé de la planète, car elles génèrent de forts courants ascendants qui transportent les nutriments essentiels au nord de l’équateur et, de concert avec le reste de l’océan, jouent un rôle dans la régulation du climat.

Le changement climatique et la pêche industrielle bouleversent cette région unique. Des espèces hautement adaptées à un environnement extrême sont menacées, car les évolutions des conditions océaniques et atmosphériques modifient leur habitat et perturbent les fonctions de l’écosystème marin. Ces impacts sont aggravés par la pêche qui, dans le cas du krill, se concentre dans des zones de plus en plus réduites, ce qui constitue une menace pour les animaux qui en dépendent et pour la biodiversité de la région.

Afin de protéger cette région remarquable, The Pew Charitable Trusts et ses partenaires collaborent avec la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) et les gouvernements qui en sont membres dans le but d’encourager l’adoption de pratiques de gestion de la pêche respectueuses des écosystèmes et la création d’un vaste réseau d’aires marines protégées (AMP) autour de l’Antarctique.

Les protections marines dans la péninsule Antarctique seraient bénéfiques pour la biodiversité de la région et ses animaux, comme ce léopard de mer chassant un manchot papou.
Paul Souders
La biodiversité de l’océan Austral ne se limite pas aux manchots ; elle inclut également cette étoile à plumes géantes qui se trouve au fond de la mer, sous la glace, dans l’Antarctique oriental.
Laurent Ballesta Andromède Oceanology
Un petit rorqual, l’une des nombreuses espèces qui se nourrissent de krill dans les eaux antarctiques, est sur le point de percer la surface.
ekvals

La pêche dans l’océan Austral

Les gouvernements ont créé la CCAMLR en 1982 pour répondre au nombre grandissant de navires pêchant le krill dans les eaux entourant l’Antarctique. Cette espèce est utilisée pour la fabrication de compléments alimentaires riches en oméga-3 et d’aliments pour l’aquaculture, mais aussi comme appât pour la pêche. Bien que la conservation soit une priorité pour la CCAMLR, en particulier lorsque les éléments scientifiques disponibles sont limités ou peu clairs, elle autorise une pêche réduite dans certaines zones, conformément à son approche de gestion écosystémique. La pêche au krill antarctique est désormais la plus grande priorité de la CCAMLR. Cet organisme international, composé de 25 pays et de l’Union européenne, supervise également la pêche de la légine antarctique (Dissostichus mawsoni) et de la légine australe (Dissostichus eleginoides), toutes deux commercialisées sous le nom de bar du Chili et réparties tout autour du continent.

Tableau 1

Captures de la CCAMLR pour la saison de pêche 2017-18

Espèce Captures (tonnes) Región
Krill antarctique 312,743 Secteur Atlantique : zone 48 de la CCAMLR, comprenant la péninsule
Antarctique, les Orcades du Sud et la Géorgie du Sud
Légine (bar du Chili) 2,594 Secteur Atlantique : zone 48 de la CCAMLR, en particulier la Géorgie
du Sud, les Orcades du Sud, les îles Sandwich du Sud et l’île Bouvet
3,474 Secteur Pacifique : zone 88 de la CCAMLR, comprenant les secteurs ouest
et est de la mer de Ross et la mer d’Amundsen
9,751 Secteur sud de l’océan Indien : zone 58 de la CCAMLR, en particulier
près de la Terre de Wilkes, la baie de Prydz, le banc Banzare, ainsi que les
îles Kerguelen, Heard-et-McDonald, Crozet, Marion et Prince-Édouard
Poisson des glaces 1 Secteur sud de l’océan Atlantique
520 Secteur de l’océan Indien : Île Heard

Source : Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique, « Fishery Reports » (2018), https://www.ccamlr.org/en/publications/fishery-reports

Le krill constitue la base de la chaîne alimentaire de l’océan Austral.
Education Images
Les protections marines dans la péninsule Antarctique permettraient de laisser suffisamment de krill pour toutes les espèces qui en dépendent : phoques, manchots et baleines, comme les rorquals à bosse qui migrent vers l’océan Austral pour se nourrir.
Michael Nolan

La menace du changement climatique

La santé de l’océan Austral est déterminée par les modifications de l’océan lui-même, comme son acidification1 et les évolutions dans la concentration et la durée des glaces de mer2, mais des événements sur terre, comme les vagues de chaleur et les phénomènes météorologiques extrêmes, affectent aussi les espèces marines. Ces eaux ont accumulé une grande partie du gain de chaleur de ce siècle dans la colonne d’eau supérieure de l’océan, mais les profondeurs de l’océan se réchauffent aussi3. Ce réchauffement fait grandir la menace de l’apparition de nouvelles espèces envahissantes dans l’océan Austral4, tandis que des espèces marines endémiques migrent ou s’éteignent5 à un rythme sans précédent6.

Des études montrent que les AMP peuvent aider les écosystèmes vulnérables à renforcer leur résilience au changement climatique en éliminant certaines autres contraintes pesant sur eux, comme la pêche7. Ils résistent mieux et parviennent à surmonter des chocs liés à l’évolution des conditions océaniques, en réagissant à ces perturbations tout en conservant des fonctions viables. Les réseaux d’AMP aident également les espèces à s’adapter au changement climatique, ou à modifier leurs comportements en fonction des évolutions de leur habitat, en créant des voies protégées pour les migrations et les changements d’aire de répartition8. Les eaux relativement peu perturbées de l’océan Austral offrent un laboratoire naturel pour étudier la façon dont les écosystèmes marins intacts réagissent à la hausse des températures et à l’acidification des océans.

Réseau d’AMP : le tout est plus grand que la somme des parties

La mission principale de la CCAMLR est de protéger la diversité de la vie marine dans l’océan Austral. En 2002, suite aux recommandations faites lors du Sommet mondial sur le développement durable des Nations unies, la CCAMLR est devenue le premier organisme international à s’engager à créer un réseau d’AMP. Neuf ans plus tard, ses membres ont adopté la mesure de conservation 91-049, un cadre pour la création d’un tel réseau, et identifié neuf domaines de planification pour les futures AMP10. À l’époque, la CCAMLR avait déjà établi une zone protégée pour le plateau sud des îles Orcades (2009), la première AMP de haute mer au monde. En 2016, elle a défini une autre AMP, la plus vaste au monde, dans la région de la mer de Ross. Les AMP couvrent au total 2,2 millions de kilomètres carrés. D’autres propositions sont à l’étude pour l’Antarctique oriental, la mer de Weddell et la péninsule Antarctique.

Non seulement un réseau d’AMP préserverait les liens entre les nombreux écosystèmes propres à l’océan Austral, permettant aux organismes marins de migrer entre les zones protégées pour s’y alimenter et s’y reproduire, mais il contribuerait grandement aux objectifs mondiaux de protection des océans.

  • Les scientifiques estiment qu’au moins 30 % de l’océan mondial doit être converti en AMP pour obtenir des résultats efficaces en matière de conservation et aider à reconstituer et à gérer les stocks de poissons épuisés11, un objectif rendu encore plus urgent par la menace du changement climatique12.
  • Pour être efficace, une AMP doit être vaste, isolée, bien respectée et durable, et elle doit interdire toute pêche ou prélèvement d’autres ressources13. Des AMP répondant aux critères mentionnés ci-dessus feraient tache d’huile et contribueraient à améliorer la santé des organismes marins vivant en dehors des zones protégées14.
  • Par ailleurs, les réseaux d’AMP, qui protègent des voies migratoires et des habitats clés, préservent davantage la connectivité entre populations et favorisent la résilience dans un environnement en mutation15.
Rassemblement de jeunes manchots empereurs sur la banquise en Antarctique oriental
Laurent Ballesta Andromède Oceanology

L’aire marine protégée proposée pour l’Antarctique oriental permettrait de préserver 970 000 kilomètres carrés d’océan dans les régions de MacRobertson, Drygalski et de la mer d’Urville-Mertz17. Les courants côtiers, dont le gyre de la baie de Prydz, se mêlent au courant circumpolaire antarctique, ce qui favorise une vie marine abondante dans tout l’océan Austral18. Les manchots, les phoques, le krill et la légine sont parmi les nombreuses espèces qui dépendent de cet habitat relativement inexploré, froid et isolé pour leur survie19.

L’AMP proposée est mixte, avec des zones hautement protégées (zones interdites à la pêche de la légine et du krill) et des zones de pêche conformes aux mesures de conservation de la CCAMLR. Une pêche de recherche ciblée serait autorisée dans des zones de recherche spécifiquement désignées dans l’AMP. La pêche serait également autorisée en dehors de la zone protégée. Entre les saisons de pêche 1972-73 et 1994-9520, le krill antarctique était fréquemment pêché dans l’Antarctique oriental jusqu’à ce que toute la pêche se concentre dans la péninsule Antarctique. La pêche commerciale est actuellement limitée dans la région, avec de faibles volumes de krill antarctique et de légines (australe et antarctique). La création d’une AMP dans l’Antarctique oriental permettrait de sauvegarder un habitat à la biodiversité unique.

Les eaux de la péninsule Antarctique abritent une vie marine abondante : orques et baleines à bosse, phoques à fourrure et crabiers, ainsi que les quelque 1,5 million de couples de manchots Adélie, à jugulaire et papous qui y nichent et s’y nourrissent23. La pêche au krill antarctique se concentre dans cette zone, privant de nombreux prédateurs de leur principale source de nourriture24. Avec l’augmentation continue des températures, la glace de mer, habitat des manchots, phoques et autres espèces, se réduit25. Le krill dépend également de la glace de mer pour se reproduire et ses larves se nourrissent des algues saisonnières denses poussant sous la glace. Les recherches montrent que les pressions cumulées du changement climatique et de la concentration de la pêche ont déjà des effets négatifs sur la chaîne alimentaire de la région26.

La proposition d’aire marine protégée de la péninsule Antarctique (domaine 1) comprend une zone de protection générale27 qui couvre deux zones biologiquement riches : les détroits de Bransfield et de Gerlache. Elle interdirait la pêche au krill dans les zones d’alimentation côtières des prédateurs de l’Antarctique. Elle vise également à protéger une partie de la mer de Bellingshausen, une importante zone de frai et de croissance pour le krill, ainsi que d’autres zones écologiquement importantes pour des espèces de poissons à valeur commerciale. La zone de pêche du krill autoriserait la pêche commerciale du krill pour les nations membres, gérée dans le cadre des mesures de conservation de la CCAMLR. La CCAMLR s’efforce de mettre en œuvre une gestion des pêches respectueuse des écosystèmes dans cette région, afin d’assurer la survie à long terme de la pêche et de protéger la diversité des animaux qui dépendent du krill de l’Antarctique.

La CCAMLR étudie une proposition visant à créer dans la mer de Weddell une réserve marine couvrant plus de 2,2 millions de kilomètres carrés30. Cette partie de l’océan Austral est une mer côtière isolée, couverte de glace, avec un habitat unique connu pour sa biodiversité exceptionnelle : pétrels antarctiques, manchots empereurs et Adélie, nombreuses espèces de phoques et de baleines notamment31. Loin sous la glace, les écosystèmes benthiques riches en nutriments abritent de nombreuses espèces marines que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre, comme des éponges siliceuses et des coraux d’eau froide32.

L’AMP proposée pour la mer de Weddell comprend trois zones. La zone de protection générale serait fermée à la pêche commerciale pour préserver la santé de cet écosystème, protéger la biodiversité, renforcer la résilience face au changement climatique, ainsi que soutenir la recherche et la surveillance afin d’améliorer la compréhension du climat et des impacts humains sur les écosystèmes de l’Antarctique. La zone de pêche de recherche autoriserait des activités de recherche clairement définies, visant à éclairer la gestion scientifique du stock de légine antarctique de la région. Ces activités cherchent notamment à améliorer la compréhension de la structure et du cycle de vie des populations, des paramètres biologiques et de l’écologie. Une partie de cette zone resterait inexploitée et servirait de zone de référence aux scientifiques pour analyser les effets de la pêche sur l’écosystème au sens large. La zone de protection spéciale interdirait toute pêche afin de protéger les multiples sites de nidification des poissons de fond et les habitats uniques, rares ou endémiques, en particulier dans la zone du plateau continental où vivent de riches communautés d’éponges. Cette zone donnerait également aux scientifiques la possibilité d’étudier les impacts de la variabilité naturelle et des changements à long terme sur les ressources marines vivantes de l’Antarctique.

Un bébé phoque de Weddell joue à cache-cache sous la banquise de l’Antarctique oriental. Ces phoques sont présents dans les trois zones actuellement proposées pour devenir des AMP de l’océan Austral.
Laurent Ballesta Andromède Oceanology

AMP subantarctiques et du domaine 9

Le domaine 9 de planification des AMP de la CCAMLR (mers de Bellingshausen et d’Amundsen) est la seule zone de l’océan Austral qui ne comprend pas d’AMP désignée ou proposée. Par ailleurs, la protection des régions situées entre les AMP nationales des domaines 4, 5 et 6 pourrait être renforcée par une AMP de la CCAMLR qui augmenterait la connectivité entre ces habitats essentiels.

Les nations membres de la CCAMLR devraient élaborer des propositions d’AMP dans ces régions pour créer un véritable réseau d’AMP dont les avantages en matière de conservation et de résilience ont été prouvés par la science. La collaboration entre les nations membres de la CCAMLR, les parties prenantes, les scientifiques et l’industrie pour identifier les zones d’importance écologique dans ces domaines aidera la CCAMLR à atteindre son objectif de créer un solide réseau d’AMP dans l’océan Austral.

Tournons-nous vers l’avenir

La création réussie d’un réseau d’AMP dans l’océan Austral constituerait un exemple remarquable de coopération mondiale face aux défis environnementaux croissants. Après avoir établi les seules AMP de haute mer au monde dans le plateau continental sud des îles Orcades et la mer de Ross, la CCAMLR peut atteindre cet objectif en définissant également des AMP dans la mer de Weddell, l’Antarctique oriental et la péninsule Antarctique (domaine 1) et en renforçant la protection du domaine 9 et des régions subantarctiques.

Une pieuvre de glace effleure les fonds marins de l’Antarctique oriental, à la recherche de nourriture.
Laurent Ballesta Andromède Oceanology

Bibliographie

  1. E.M. Jones et al., “Ocean Acidification and Calcium Carbonate Saturation States in the Coastal Zone of the West Antarctic Peninsula,” Deep Sea Research Part II: Topical Studies in Oceanography139 (2017): 181-94, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0967064517300243.
  2. S.E. Stammerjohn et al., “Trends in Antarctic Annual Sea Ice Retreat and Advance and Their Relation to El Niño–Southern Oscillation and Southern Annular Mode Variability,” Journal of Geophysical Research: Oceans 113, no. C3 (2008), https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1029/2007JC004269.
  3. H.O. Pörtner et al., “IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate” (Intergovernmental Panel on Climate Change, 2019), https://www.ipcc.ch/srocc/.
  4. Ibid.
  5. Y. Ropert-Coudert et al., “Two Recent Massive Breeding Failures in an Adélie Penguin Colony Call for the Creation of a Marine Protected Area in D’urville Sea/Mertz,” Frontiers in Marine Science 5 (2018):264, https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fmars.2018.00264/full.
  6. A. Atkinson et al., “Krill (Euphausia Superba) Distribution Contracts Southward During Rapid Regional Warming,” Nature Climate Change 9, no. 2 (2019): 142-47, https://doi.org/10.1038/s41558-018-0370-z.
  7. K. Allard et al., “Report of the Study Group on Designing Marine Protected Area Networks in a Changing Climate (SGMPAN)” (2010).
  8. The International Union for Conservation of Nature, “Marine Protected Areas and Climate Change: Adaptation and Mitigation Synergies, Opportunities and Challenges” (2016), https://portals.iucn.org/library/sites/library/files/documents/2016-067.pdf; E. Sala and S. Giakoumi, “No-Take Marine Reserves Are the Most Effective Protected Areas in the Ocean,” ICES Journal of Marine Science 75 (2017).
  9. Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, “General Framework for the Establishment of CCAMLR Marine Protected Areas,” https://www.ccamlr.org/en/measure-91-04-2011.
  10. Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, “Marine Protected Areas (MPAs),” accessed July 31, 2020, https://www.ccamlr.org/en/science/marine-protected-areas-mpas.
  11. B.C. O’Leary et al., “Effective Coverage Targets for Ocean Protection,” Conservation Letters 9, no. 6 (2016): 398-404, https://conbio.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/conl.12247.
  12. C.M. Roberts, B.C. O’Leary, and J.P. Hawkins, “Climate Change Mitigation and Nature Conservation Both Require Higher Protected Area Targets,” Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences 375: 20190121, no. 1794 (2020), https://royalsocietypublishing.org/doi/abs/10.1098/rstb.2019.0121.
  13. G.J. Edgar et al., “Global Conservation Outcomes Depend on Marine Protected Areas With Five Key Features,” Nature 506, no. 7487 (2014): 216-20, https://doi.org/10.1038/nature13022.
  14. J.R. Beddington et al., “The Role of Marine Reserves in Achieving Sustainable Fisheries,” Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences 360, no. 1453 (2005): 123-32, https://royalsocietypublishing.org/doi/abs/10.1098/rstb.2004.1578.
  15. K. Boerder, A. Bryndum-Buchholz, and B. Worm, “Interactions of Tuna Fisheries With the Galápagos Marine Reserve,” Marine Ecology Progress Series 585 (2017).
  16. Australian Antarctic Division, “A Marine Protected Area for East Antarctica,” last modified Aug. 15, 2018, http://www.antarctica.gov.au/law-and-treaty/ccamlr/marine-protected-areas; B. Raymond et al., “Important Marine Habitat Off East Antarctica Revealed by Two Decades of Multi-Species Predator Tracking,” Ecography 38, no. 2 (2014): 121–29, doi:10.1111/ecog.01021.
  17. Delegation of the European Union and Its Member States and Australia, “Proposal to Establish an East Antarctic Marine Protected Area” (CCAMLR, 2019), https://www.ccamlr.org/en/ccamlr-38/21.
  18. S. Nicol, K. Meiners, and B. Raymond, “BROKE-West, a Large Ecosystem Survey of the South West Indian Ocean Sector of the Southern Ocean, 30 Degrees E-80 Degrees E (CCAMLR Division 58.4.2),” Deep-Sea Research Part II: Topical Studies in Oceanography 57 (2010): 693-700, https://www.researchgate.net/publication/248417470_BROKE-West_a_large_ecosystem_survey_of_the_South_West_Indian_Ocean_sector_of_the_Southern_Ocean_30_degrees_E-80_degrees_E_CCAMLR_Division_5842.
  19. B. Raymond et al., “Important Marine Habitat Off East Antarctica Revealed by Two Decades of Multi-Species Predator Tracking,” Ecography 38, no. 2 (2015): 121-29, https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/ecog.01021; S. Kawaguchi et al., “Krill Demography and Large-Scale Distribution in the Western Indian Ocean Sector of the Southern Ocean (CCAMLR Division 58.4.2) in Austral Summer of 2006,” Deep Sea Research Part II: Topical Studies in Oceanography 57, no. 9 (2010): 934-47, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0967064509003993; D. Agnew et al., “Status of the Coastal Stocks of Dissostichus Spp. in East Antarctica (Divisions 58.4.1 and 58.4.2),” CCAMLR Science Journal of the Scientific Committee and the Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources 16 (2009): 71-100.
  20. Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, “Krill Fisheries,” accessed July 30, 2020, https://www.ccamlr.org/en/fisheries/krill-fisheries.
  21. C.M. Harris et al., “Important Bird Areas in Antarctica: 2014 Summary,” BirdLife International and Environmental Research & Assessment Ltd.; BirdLife International, “Proposed Marine Important Bird and Biodiversity Areas for Antarctic Penguin Species” (2020), manuscript in preparation; Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, “CCAMLR VME Registry,” accessed March 30, 2020, https://www.ccamlr.org/en/document/data/ccamlr-vme-registry.
  22. Delegations of Argentina and Chile to CCAMLR (2019), “Revised Proposal for a Conservation Measure Establishing a Marine Protected Area in Domain 1 (Western Antarctic Peninsula and South Scotia Arc),” https://www.ccamlr.org/en/ccamlr-38/25-rev-1; Delegations of Argentina and Chile to CCAMLR, “Domain 1 Marine Protected Area Preliminary Proposal Part A-2: MPA Model,” last modified Oct. 13, 2017, https://www.ccamlr.org/en/sc-camlr-xxxvi/18.
  23. H.W. Ducklow et al., “Marine Pelagic Ecosystems: The West Antarctic Peninsula,” Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences 362, no. 1477 (2007): 67-94, https://royalsocietypublishing.org/doi/abs/10.1098/rstb.2006.1955.
  24. J.T. Hinke et al., “Identifying Risk: Concurrent Overlap of the Antarctic Krill Fishery With Krill-Dependent Predators in the Scotia Sea,” PLOS ONE 12, no. 1 (2017): e0170132, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0170132.
  25. 25Pörtner et al., “IPCC Special Report.”
  26. G.M. Watters, J.T. Hinke, and C.S. Reiss, “Long-Term Observations From Antarctica Demonstrate That Mismatched Scales of Fisheries Management and Predator-Prey Interaction Lead to Erroneous Conclusions About Precaution,” Scientific Reports 10, no. 1 (2020): 2314. https://doi.org/10.1038/s41598-020-59223-9.
  27. Delegations of Argentina and Chile to CCAMLR, “Revised Proposal for a Conservation Measure Establishing a Marine Protected Area in Domain 1 (Western Antarctic Peninsula and South Scotia Arc)” (CCAMLR, 2019), https://www.ccamlr.org/en/ccamlr-38.
  28. D.G. Ainley et al., “Geographic Structure of Adélie Penguin Populations: Overlap in Colony-Specific Foraging Areas,” Ecological Monographs 74, no. 1 (2004): 159-178, http://dx.doi.org/10.1890/02-4073; A. Lynnes et al., “Conflict or Co-Existence? Foraging Distribution and Competition for Prey Between Adélie and Chinstrap Penguins,” Marine Biology 141, no. 6 (2002): 1165-74, http://dx.doi.org/10.1007/s00227-002-0899-1; K. Barlow et al., “Are Penguins and Seals in Competition for Antarctic Krill at South Georgia?” Marine Biology 140, no. 2 (2002): 205-13, http://dx.doi.org/10.1007/s00227-001-0691-7; C.M. Harris et al., “Important Bird Areas in Antarctica: 2014 Summary,” BirdLife International and Environmental Research & Assessment Ltd.; L. Krüger, “Spatio-Temporal Trends of the Krill Fisheries in the Western Antarctic Peninsula and Southern Scotia Arc,” Fisheries Management and Ecology 26, no. 4 (2019): 1-7, https://doi.org/10.1111/fme.12363.
  29. Delegation of the European Union and its Member States and Norway to CCAMLR (2019), “Proposal to Establish a Marine Protected Area Across the Weddell Sea Region (Phase 1),” https://www.ccamlr.org/en/ccamlr-38; K. Teschke et al., “Scientific Background Document in Support of the Development of a CCAMLR MPA in the Weddell Sea (Antarctica)—Part C: Data Analysis and MPA Scenario Development” (2016), http://epic.awi.de/41178; unpublished sponge distribution in Weddell Sea MPA planning area provided by the Alfred Wegener Institute; C.M. Harris et al., “Important Bird Areas in Antarctica: 2014 Summary,” BirdLife International and Environmental Research & Assessment Ltd.; C. Yesson et al., “Knolls and Seamounts in the World Ocean: Links to Shape, KML, and Data Files,” Pangaea (2011), https://doi.org/10.1594/PANGAEA.757563.
  30. Delegation of the European Union and Its Member States and Norway to CCAMLR, “Proposal to Establish a Marine Protected Area Across the Weddell Sea Region (Phase 1)” (CCAMLR, 2019), https://www.ccamlr.org/en/ccamlr-38.
  31. C.R. Joiris, “Summer At-Sea Distribution of Seabirds and Marine Mammals in Polar Ecosystems: A Comparison Between the European Arctic Seas and the Weddell Sea, Antarctica,” Journal of Marine Systems 27, no. 1 (2000): 267-76, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924796300000725.
  32. L. Federwisch, N. Owsianowski, and C. Richter, “Glass Sponge Environments in the Weddell Sea, Antarctica” (YOUMARES 5, 2014), https://epic.awi.de/id/eprint/36662/; A. Brandt et al., “First Insights Into the Biodiversity and Biogeography of the Southern Ocean Deep Sea,” Nature 447, no. 7142 (2007): 307-11, https://doi.org/10.1038/nature05827.
The front facade of the Supreme Court of the United States in Washington, DC.
ian-hutchinson-U8WfiRpsQ7Y-unsplash.jpg_master

Agenda for America

Resources for federal, state, and local decision-makers

Quick View

Data-driven policymaking is not just a tool for finding new solutions for emerging challenges, it makes government more effective and better able to serve the public interest.

Lightbulbs
Lightbulbs

States of Innovation

Data-driven state policy innovations across America

Quick View

Data-driven policymaking is not just a tool for finding new solutions for difficult challenges. When states serve their traditional role as laboratories of innovation, they increase the American people’s confidence that the government they choose—no matter the size—can be effective, responsive, and in the public interest.