Project

Protéger l'océan Austral de l’Antarctique

Protéger l'océan Austral de l’Antarctique
Protéger l'océan Austral de l’Antarctique

L'océan Austral qui entoure l’Antarctique est l'une des dernières grandes régions sauvages du monde. Bien que le continent antarctique soit le plus froid, le plus sec et le plus venteux de la planète, ses eaux glaciales abritent des milliers d'espèces que l'on ne trouve nulle part ailleurs : des étoiles de mer aux couleurs brillantes, des vers bioluminescents, des pieuvres aux couleurs pastel, etc. L'océan Austral sert aussi d'habitat à des millions de manchots, dont le régime alimentaire est principalement constitué de krill, un petit crustacé ressemblant à la crevette. Il recèle également de nombreuses autres espèces nourricières qui représentent un maillon essentiel d'un réseau trophique à l'équilibre délicat. Or, les scientifiques croient que cet écosystème se modifie sous l'influence des changements climatiques et de l'augmentation des températures, qui y est plus rapide que presque partout ailleurs sur Terre. 

APERÇU

Afin de protéger cette région remarquable, The Pew Charitable Trusts et ses partenaires collaborent avec la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) et les gouvernements qui en sont membres dans le but de créer un vaste réseau d'aires marines protégées (AMP) autour de l'Antarctique.

La CCAMLR a approuvé un cadre devant aboutir à la création de ce réseau et a défini neuf zones qui devraient faire l'objet d'une protection. Trois propositions d'AMP sont actuellement à l'étude : pour les eaux de l'Antarctique oriental, de la mer de Weddell et de la péninsule Antarctique.

Ce réseau comprend la plus grande AMP au monde dans la mer de Ross, que les 25 gouvernements membres de la CCAMLR ont convenu de créer en 2016. Entrée en vigueur le 1er décembre 2017, cette désignation protège 2,06 millions de kilomètres carrés. 

Les eaux de l'Antarctique oriental, qui se trouvent au sud de l'Australie, renferment des gorges et canyons profonds, ainsi qu'une grande variété d'espèces, comme le manchot Adélie et empereur, de nombreuses colonies de phoques, ainsi que le superprédateur de la région, la légine australe. Des recherches prolongées sont nécessaires pour mieux comprendre la façon dont ces espèces interagissent et remplissent leurs rôles uniques au sein de l'écosystème de la région.

La mer de Weddell est une échancrure éloignée couverte de glace située à l'est de la péninsule Antarctique. Loin sous la glace y vivent des espèces marines que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre, comme des éponges siliceuses et des récifs coralliens d'eau froide. La région abrite également des populations diversifiées de poissons, d'oiseaux marins et de mammifères marins, notamment de manchot Adélie, de pétrel antarctique et de phoque de Weddell.

La péninsule Antarctique, qui est l'une des zones les plus importantes de l'océan austral du point de vue biologique, est l'une des plus durement touchées de la Terre par les changements climatiques. C'est également la région la plus touristique, et celle où la pêche au krill antarctique est la plus intense. Dans cette région, le réchauffement entraîne des changements dans les conditions météorologiques et une diminution importante de la formation de glace. La banquise constitue une composante essentielle de l'habitat du manchot Adélie et à jugulaire, du phoque crabier et du krill antarctique. Combinées à une pêche au krill intense dans les zones côtières, ces conditions changeantes exercent une pression importante sur cet écosystème fragile et sa remarquable biodiversité.

En plus de militer pour la création de réserves marines intégralement protégées, Pew participe à l'élaboration de mesures de gestion des pêches respectueuses des écosystèmes en ce qui concerne la pêche au krill antarctique afin de réduire la concurrence avec les espèces qui se nourrissent de ce crustacé.  

Notre travail

CCAMLR 101: How to Protect Antarctica's Marine Life
4min 10sec