Project

Océan Pacifique et mer de Cortès, péninsule de Basse-Californie

Page du sous-projet

Océan Pacifique et mer de Cortès, péninsule de Basse-Californie

Au Mexique, les eaux riches en nutriments de l'océan Pacifique et de la mer de Cortès, qui entourent la péninsule de Basse-Californie, attirent la vie marine et les gens vers un épicentre de la biodiversité. Pour protéger et consolider ce trésor marin, le Projet Héritage des Océans de Pew et Bertarelli et Beta Diversidad, une organisation mexicaine œuvrant pour la protection de la nature, travaillent avec les communautés locales, les pêcheurs, les ONG et les scientifiques à la création d'une aire marine protégée (AMP) à travers la mer de Cortès, vers le Pacifique.  

Dans cette partie du Mexique, la pêche industrielle a entraîné une diminution des stocks de poissons. Elle est également responsable de l'effondrement des populations de requins et du commerce de la sardine. Ces menaces mettent en péril l'écosystème exceptionnel de la région, mais aussi les communautés côtières de la mer de Cortès et du sud de la péninsule de Basse-Californie, dont la subsistance dépend d'une pêche à petite échelle.

L'AMP proposée offrirait les protections complètes de la zone entourant l'extrémité sud de la péninsule de Basse-Californie, dans le nord-ouest du Mexique. Avec la fin de la pêche industrielle, les populations de poissons pourraient retrouver leur vigueur dans cette zone, et elles pourraient déborder de leurs limites. Aux frontières de l'AMP se trouveraient des zones interdisant la pêche industrielle, mais autorisant la pêche artisanale, la pêche récréative et l'observation de la vie sauvage. 

La protection de ces régions permettrait de préserver une vie marine riche et de pérenniser des ressources sur lesquelles les économies locales reposent depuis de très nombreuses années.

Côte Pacifique de la péninsule de Basse-Californie 

Cette région attire les plus grands prédateurs des océans, notamment le grand requin blanc. D'autres espèces de requin menacées, comme le requin marteau halicorne, le requin baleine, le requin renard et le requin soyeux, y ont également été observées. Ces populations contribuent à l'essor d'une industrie de plongée récréative forte. Chaque année, les baleines grises parcourent plus de 16 000 kilomètres entre l'Arctique, où elles se nourrissent en été, et trois lagons côtiers du sud de la péninsule de Basse-Californie, dans lesquels elles se reproduisent et donnent naissance à leurs petits. C'est également dans cette région que cinq des sept espèces de tortues marines de la planète viennent se nourrir. Ces animaux sont eux aussi menacés par la pêche illégale et souvent victimes de capture accessoire.

Mer de Cortès

Comptant parmi les étendues d'eau habitant la plus grande biodiversité de la planète, la mer de Cortès a été décrite comme « l’aquarium du monde » par l'océanographe Jacques Cousteau. La mesure de protection complète proposée permettrait de préserver un habitat océanique abritant d'importants groupes d'animaux marins, notamment des bancs de plus de 1 000 dauphins, des bancs de raies Mobula et des colonies d'otaries vivant sur les côtes. Cette zone abrite près de 900 espèces de poissons, dont 77 sont endémiques, ainsi que 46 espèces de mammifères marins. Par ailleurs, au moins 26 espèces d'oiseaux marins se reproduisent sur ses îles. La mer de Cortès est également un véritable garde-manger et un lieu de reproduction pour de grands mammifères marins, tels que la baleine bleue, la baleine à bosse, la baleine grise, le grand cachalot, le dauphin-pilote, la bérardie de Baird et le rorqual de Bryde.

Par ailleurs, une AMP permettrait de préserver les stocks sans cesse amoindris de sardines, un poisson essentiel aux espèces migratoires de la région, notamment aux mammifères marins, aux requins, aux thonidés, aux marlins et aux tortues de mer.

Le projet « Héritage des océans » de Pew et Bertarelli

The Pew Charitable Trusts et la fondation Bertarelli se sont associés en 2017 pour lancer le projet « Héritage des océans ». Leur objectif est de créer une nouvelle génération d'aires marines protégées au niveau international, pour préserver de manière efficace des zones importantes sur le plan écologique. Cette initiative s'appuie sur dix ans de travaux réalisés par les deux organisations. Leurs efforts conjoints ont notamment contribué à obtenir des engagements visant à préserver plus de 8 millions de km² d'océans, grâce à une collaboration étroite avec des philanthropes, les communautés locales, les gouvernements et les scientifiques. La fondation Bertarelli œuvre, depuis 2010, à la protection des océans pour les générations futures, au travers d'initiatives de conservation des écosystèmes marins et de travaux de recherche collaborative. 

OUR WORK