Projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli 2018

OEuvrons ensemble pour créer la première génération de grands parcs marins au monde

Pew.Feature.Listing.NavigateTo

Projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli 2018
Getty Images
Getty Images

Cette fiche d’information a été mise à jour le 17 juillet 2020 et se trouve ici.

En bref

Les océans jouent un rôle essentiel dans la préservation de la vie sur notre planète. Couvrant près des trois quarts de la surface terrestre, ils abritent environ un quart des espèces connues, sans compter de nombreuses autres qui restent à découvrir. Les océans assurent également la subsistance de milliards de personnes.

Toutefois, les activités humaines menacent de plus en plus leur état de santé. Par exemple:

  • Environ 1 poisson sur 5 pêché est capturé illégalement ou dans le cadre de pêcheries non déclarées.1
  • De 1974 à 2015, le pourcentage des stocks de poissons faisant l’objet d’une pêche non durable a triplé.2
  • Les populations de certaines espèces de poissons prédateurs ont diminué de plus de 90 %.3
  • Les océans absorbent environ un tiers des émissions de dioxyde de carbone résultant de l’activité humaine. L’acidification due à cette absorption modifie l’équilibre chimique des océans et menace la vie marine.4

La science montre que les grandes réserves marines entièrement protégées peuvent contribuer à reconstruire l’abondance et la diversité des espèces, et à protéger la santé globale du milieu marin.5 Mais seulement environ 2 % des océans sont hautement ou fortement protégés, contre environ 15 % de la surface terrestre.6

Aux États-Unis, la création du parc national de Yellowstone en 1872 ne s’est pas résumée à la protection d’un des paysages les plus remarquables du pays. Elle a aussi marqué le début d’une nouvelle façon de penser la protection de la nature. Plus récemment, cette approche a été appliquée aux océans, suite à une meilleure prise en compte de leur rôle essentiel dans le maintien de la vie sur la planète.

En 2006, The Pew Charitable Trusts et plusieurs de ses partenaires ont lancé le projet Héritage mondial des océans dans le but d’établir la première génération de grands parcs marins au monde. Grâce à dix années de travail avec des communautés locales, des dirigeants locaux, des représentants des gouvernements, des scientifiques et des associations, le projet a participé à la création de neuf grandes réserves marines, une zone de près de deux fois la superficie de l’Inde.

Malgré ces résultats encourageants, seule une faible partie des océans bénéficie de mesures de protection réelles. Pour encourager les initiatives de protection, Pew et la fondation Bertarelli ont conclu un nouveau partenariat dans le but d’augmenter le nombre de grands parcs entièrement protégés à 15 d’ici 2022.

À propos du projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli

The Pew Charitable Trusts et la fondation Bertarelli se sont associés en 2017 pour lancer le projet « Héritage des océans ». Leur objectif est de créer une nouvelle génération d’aires marines protégées au niveau international, pour préserver de manière efficace des zones importantes sur le plan écologique. Cette initiative s’appuie sur dix ans de travaux réalisés par les deux organisations. Leurs efforts conjoints ont notamment contribué à obtenir des engagements visant à préserver plus de 8 millions de km² d’océans, grâce à une collaboration étroite avec des philanthropes, les communautés locales, les gouvernements et les scientifiques. La fondation Bertarelli œuvre, depuis 2010, à la protection des océans pour les générations futures, au travers d’initiatives de conservation des écosystèmes marins et de travaux de recherche collaborative.

Bibliographie

  1. David J. Agnew et coll., « Estimating the Worldwide Extent of Illegal Fishing », PLOS ONE 4, no. 2 (2009) : e4570, http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0004570.
  2. Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, « La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2018 : Atteindre les objectifs de développement durable » (2018), http://www.fao.org/3/I9540EN/i9540en.pdf.
  3. Comité scientifique international pour le thon et les espèces voisines dans le Pacifique Nord, « 2016 Pacific Bluefin Tuna Stock Assessment, Executive Summary » (2016), https://www.iattc.org/Meetings/Meetings2016/SAC-07/PDFs/OTH-INF/_English/SAC07-INF-C(a)_ISC-Pacific-Bluefin-Tuna-Stock-Assessment-Executive-Summary.pdf; Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, « Examen des propositions d’amendement des annexes I et II » (2013), https://www.cites.org/sites/default/files/eng/cop/16/prop/E-CoP16-Prop-17.pdf.
  4. Scott C. Doney et coll., « Ocean Acidification: The Other CO2 Problem », Annual Review of Marine Science 1 (2009) : 169–92, http://dx.doi.org/10.1146/annurev.marine.010908.163834.
  5. Sarah E. Lester et coll., « Biological Effects Within No-Take Marine Reserves: A Global Synthesis », Marine Ecology Progress Series 384 (2009) : 33–46, https://www.int-res.com/abstracts/meps/v384/p33-46/ ; Benjamin S. Halpern, « The Impact of Marine Reserves: Do Reserves Work and Does Reserve Size Matter? » Ecological Applications 13, no. 1 (2003) : 117–37, http://dx.doi.org/10.1890/10510761(2003)013[0117:TIOMRD]2.0.CO;2.
  6. Programme des Nations Unies pour l’environnement, « Mapping the World’s Special Places », accessed 2014, https://www.unep-wcmc.org/featured-projects/mapping-the-worlds-special-places.