Oversea Ocean Monitor

L’IMAGERIE SATELLITE ET DES ANALYSES SPÉCIALISÉES CONTRIBUENT À LA LUTTE CONTRE LA PÊCHE ILLÉGALE

Illegal fishing

Résumé

La pêche illégale est un problème mondial qui aggrave l’impact de la surpêche sur les écosystèmes marins et met en péril le mode de vie de dizaines de millions de personnes qui dépendent des ressources des océans. Captures non déclarées comprises, elle représente un marché de près de 23,5 milliards de dollars chaque année, soit un poisson vendu sur cinq.

Jusqu’à présent, la lutte contre ce fléau reposait sur des patrouilles maritimes et aériennes. Toutefois, ces stratégies sont extrêmement coûteuses, même pour les nations les plus riches, et les océans sont trop vastes pour qu’elles soient véritablement efficaces. Si l’on souhaite protéger des zones marines importantes, telles que les réserves abritant les écosystèmes les mieux préservés de la planète, il est nécessaire d’employer les moyens technologiques du 21ème siècle.

Pour relever ce défi, The Pew Charitable Trusts s’est associé à Satellite Applications Catapult et au groupe OceanMind pour lancer « Oversea Ocean Monitor », une plateforme qui combine surveillance par satellite, données d’imagerie, bases de données sur les navires de pêche et données océanographiques pour aider les autorités à repérer et surveiller les activités suspectes dans leurs eaux. Ce système aide également les acheteurs de produits de la mer à s’assurer que les navires qui les fournissent respectent les réglementations en vigueur.

Création d’un instantané du domaine maritime

La plateforme « Oversea Ocean Monitor » est conçue pour permettre aux gouvernements (notamment aux organismes de contrôle des pêches dont les budgets sont limités) et aux acheteurs de fruits de mer de surveiller les activités de pêche et de faire appliquer la législation de manière efficace au niveau international. Elle se différencie par sa capacité à synthétiser et analyser plusieurs strates de données afin d’identifier et de surveiller toute activité maritime suspecte. Ce système alerte automatiquement les analystes d’OceanMind, qui peuvent à leur tour contacter les autorités concernées pour qu’elles puissent enquêter et prendre les mesures qui s’imposent. Il s’appuie sur de nombreuses sources d’informations pour permettre aux analystes de suivre n’importe quelle activité de pêche ou maritime dans les océans du monde entier.

Ces sources sont les suivantes :

  • Suivi des navires. « Oversea Ocean Monitor » utilise les données du système d’identification automatique par satellite (AIS) qui fournit l’identité et la position des navires, mais également d’autres informations permettant d’avoir un aperçu de leurs activités. La Convention internationale pour la Sauvegarde de la vie humaine en mer impose à tous les navires commerciaux de jauge brute supérieure à 300 d’être équipés d’un tel système. Bien que cette disposition ne concerne pas les navires de pêche, nombre d’entre eux utilisent des transpondeurs AIS. La plateforme peut également intégrer des données VMS (système de surveillance des navires de pêche) généralement envoyées aux autorités de contrôle de manière sécurisée par satellite. L’accès à ces données exclusives est automatiquement limité et réservé aux personnes agréées.
  • Imagerie satellite. Lorsque les données des transpondeurs AIS ou VMS sont incohérentes ou indisponibles, des images SAR (radar à synthèse d’ouverture) peuvent permettre de suivre l’activité des navires. Des satellites dotés de capteurs SAR produisent des images en continu quelles que soient les conditions climatiques. La plateforme peut également intégrer des images satellites optiques, dont la très haute résolution convient à des zones plus petites et plus ciblées.
  • Bases de données des navires. Pew et ses partenaires ont créé une base de données internationale et complète des navires de pêche, qui contient les données vérifiées des registres maritimes internationaux, régionaux et nationaux. Ce référentiel contient le pays d’enregistrement, les alias et les antécédents connus de pêche illégale ou non déclarée de chaque navire. Il inclut également des informations sur les propriétaires et exploitants des navires, ainsi que sur les liens qu’ils peuvent avoir avec d’autres navires, flottes ou propriétaires signalés pour leurs actions illicites. Ces données, combinées aux informations  sur  les  déplacements  et activités passés et actuels des navires, permettent de disposer de dossiers détaillés et tenus à jour sur chaque navire et son propriétaire.
  • Analyse automatisée. Des algorithmes informatiques détectent les déplacements des navires et les schémas indiquant que leur activité peut correspondre à de la pêche ou à un comportement suspect ou interdit. Des outils personnalisables et des algorithmes d’évaluation des risques permettent à l’analyste de se concentrer sur les navires prioritaires. Cela signifie que la plateforme peut alerter les autorités bien plus rapidement que les méthodes de surveillance traditionnelles.
Ce système se différencie parsa capacité à synthétiser et analyser plusieurs strates de données afind’identifier et de surveiller toute activité maritime suspecte.
Illegal fishing

Un écran du centre des opérations de Satellite Applications Catapult à Harwell, en Angleterre, où les analystes d’OceanMind utilisent la technologie « Oversea Ocean Monitor » pour surveiller les activités de pêche dans le monde entier.

© The Pew Charitable Trusts

Une option inédite et peu coûteuse

Grâce à ces données reçues en temps réel par le biais de sources multiples, les gouvernements peuvent réagir en envoyant des patrouilles intercepter les navires suspects, en surveillant les zones présentant une activité anormale ou en ciblant leurs inspections portuaires plus efficacement. Les efforts de vérification de la conformité et d’application de la réglementation sont ainsi moins coûteux. De même, les autorités nationales peuvent tenir informées les organisations régionales de gestion des pêches, lesquelles peuvent envisager d’ajouter à leur liste noire des navires dont les activités illégales ont été confirmées. Le secteur des produits de la mer peut également s’appuyer sur ces informations pour s’approvisionner de manière responsable, que ce soit en temps réel ou de manière rétrospective, et éliminer ainsi les produits pêchés illégalement de ses chaînes de valeur.

  • Le système « Oversea Ocean Monitor » est utilisé par les experts-analystes d’OceanMind et a déjà fait la preuve de son efficacité dans la surveillance de zones marines éloignées, notamment autour des îles Pitcairn. En effet, ce système a poussé le gouvernement britannique à classer ces îles comme réserve marine hautement protégée.

Cette technologie constitue une opportunité inédite pour les gouvernements du monde entier de combattre la pêche illégale. À mesure qu’elle continuera de se développer, elle intégrera de nouvelles sources de données et des technologies émergentes pour répondre à des besoins en constante évolution : photographies et repérages participatifs, photos infrarouges prises par des satellites et des drones, ainsi que d’autres capteurs passifs.

Il n’existe aucune solution magique pour abolir la pêche illégale, mais la plateforme « Oversea Ocean Monitor » et l’équipe d’OceanMind peuvent jouer un rôle déterminant dans la protection des océans. Pour plus d’informations, rendez-vous sur: pewtrusts.org

The front facade of the Supreme Court of the United States in Washington, DC.
ian-hutchinson-U8WfiRpsQ7Y-unsplash.jpg_master

Agenda for America

Resources for federal, state, and local decision-makers

Quick View

Data-driven policymaking is not just a tool for finding new solutions for emerging challenges, it makes government more effective and better able to serve the public interest.

Lightbulbs
Lightbulbs

States of Innovation

Data-driven state policy innovations across America

Quick View

Data-driven policymaking is not just a tool for finding new solutions for difficult challenges. When states serve their traditional role as laboratories of innovation, they increase the American people’s confidence that the government they choose—no matter the size—can be effective, responsive, and in the public interest.

Podcast

Impacts of Illegal Fishing

Episode 16

Quick View
Podcast

Up to 1 in 5 fish taken from the sea is caught illegally, costing as much as $23.5 billion globally each year. This illegal fishing harms ocean health and law-abiding fishers whose livelihoods depend on fish—and is often indicative of the presence of other transnational crimes. But with sophisticated technology and international cooperation, as well as greater industry engagement, we can help deter these crimes on our oceans. Host Dan LeDuc talks with Peter Horn, who leads Pew’s work from London with Oversea Ocean Monitor—satellite technology that helps countries detect illegal fishing. We also hear from Sandy Davies of Stop Illegal Fishing, who works with FISH-i Africa, a network of African nations committed to ending illegal fishing. To learn more, visit pewtrusts.org/afterthefact.

Article

How We Can End Illegal Fishing

Quick View
Article

Up to $23.5 billion worth of seafood is stolen from the sea each year. That’s 1 in 5 fish sold. This pillaging of the world’s oceans threatens fish stocks, undercuts law-abiding fishers, and harms the economies of coastal communities. The Pew Charitable Trusts is working with governments, enforcement authorities, technology experts, and key players from the seafood industry to tackle this challenge.