Sous l'impulsion de l'enthousiasme local et de la volonté politique, la protection de l'océan devient une priorité pour la Nouvelle-Calédonie

Une forte participation aux événements fait suite à l'action gouvernementale visant à créer de vastes aires marines protégées

Pew.Feature.Listing.NavigateTo

Sous l'impulsion de l'enthousiasme local et de la volonté politique, la protection de l'océan devient une priorité pour la Nouvelle-Calédonie
Bastien PREUSS

Ces dernières années, la Nouvelle-Calédonie a fait des progrès encourageants en matière de protection de l'océan, mais une grande partie de ses eaux reste encore à protéger.

En 2018, le gouvernement a entièrement protégé les récifs de l'Astrolabe, Bellona, Chesterfield, Pétrie et Entrecasteaux, ce dernier étant classé au patrimoine mondial de l'UNESCO — soit une superficie de 28 000 km² d'océan au cœur du Parc naturel de la mer de Corail. Le gouvernement a ensuite fait connaître son intention de protéger entièrement une superficie supplémentaire de 200 000 à 400 000 km² de ses eaux marines au sein du parc. En concrétisant cet engagement, la Nouvelle-Calédonie contribuerait largement à la mise en œuvre de la recommandation de 2016 de l'Union internationale pour la conservation de la nature visant à protéger 30 % des habitats océaniques. Les aires entièrement protégées permettent d'accroître et de maintenir la biodiversité, de renforcer la résilience des écosystèmes et de protéger les traditions culturelles. Toutefois, seulement 4,8 % des océans du globe bénéficient d'une forme de protection.

Le Parc naturel de la mer de Corail de Nouvelle-Calédonie, créé en 2014, couvre 1,3 million de kilomètres carrés. Cet espace est considéré comme l'un des plus diversifiés de la planète, avec 9 300 espèces marines recensées. Il abrite une myriade d'espèces menacées, notamment des requins, des tortues et des raies manta, qui se reproduisent et se nourrissent dans ces eaux, et les traversent lors de leur migration. De juillet à septembre, les baleines à bosse migrent également vers les eaux de la Nouvelle-Calédonie pour donner naissance à leurs petits. Environ 700 000 oiseaux marins viennent nicher sur les îles du territoire et on en compte jusqu'à 2,5 millions dans l'ensemble de la zone économique exclusive de Nouvelle-Calédonie. Malgré cela, hormis les zones de récifs protégées, plusieurs autres écosystèmes importants nécessiteraient des mesures de gestion spécifiques.

Des poissons patrouillent dans un récif au large de l'île de Chesterfield, l'une des nouvelles aires entièrement protégées de Nouvelle-Calédonie abritant une grande variété de vie marine.
Bastien PREUSS Bastien PREUSS

Événements communautaires de sensibilisation à la protection des océans

En Nouvelle-Calédonie, les communautés et organisations non gouvernementales continuent de plaider pour que le gouvernement renforce les protections de ses eaux et mette en œuvre son engagement de 2018. Pour sensibiliser davantage la population et inciter le public à soutenir la mise en place d'autres zones de protection, le projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli, en collaboration avec des organisations locales, a contribué au 10e Festival international de l'image sous-marine de Nouvelle-Calédonie et a organisé le 8 juin 2019 un événement pour célébrer la Journée mondiale de l'océan. 

Le Festival international de l'image sous-marine, avec son panel de juges chapeauté par le célèbre photographe australien Darren Jew et sa collègue Jasmine Carey, a présenté 282 clichés de photographes de 12 pays, ainsi que de nombreux courts-métrages et diaporamas. Dans le cadre du festival, un débat auquel ont participé des membres du comité scientifique du Parc naturel de la mer de Corail a mis en lumière l'importance des recommandations scientifiques pour définir des mesures de protection en milieu marin. Les représentants du gouvernement néo-calédonien présents au festival ont rappelé l'intention d'établir de nouvelles zones de protection renforcée au haut niveau de la fosse abyssale et des monts sous-marins du Parc naturel de la mer de Corail. Le soutien en faveur de la protection de l'océan, de la part du gouvernement comme des citoyens, laisse présager un bel avenir à l'espace maritime de la Nouvelle-Calédonie.

Les participants du Festival international de l'image sous-marine participent en soirée à une discussion, « Immersion au cœur de la science », avec des membres du comité scientifique du Parc naturel de la mer de Corail.
Elisabeth Auplat

Journée mondiale de l'océan

La Journée mondiale de l'océan 2019, célébrée sur l'île aux Canards au large de Nouméa, capitale de la Nouvelle-Calédonie, a comme l'année précédente affiché complet, avec plus de 700 participants. Le projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli a collaboré avec 18 partenaires locaux pour mettre sur pieds cet événement. Des invités de marque ont fait le déplacement, notamment d'éminents représentants de la communauté de la province Sud de Nouvelle-Calédonie et des hôtes de l'ambassade d'Australie. À l'occasion de cet événement, les trois finalistes du concours des Trophées bleus ont été désignés pour la Province Sud. Ce concours finance des projets locaux en faveur de la protection de l’environnement marin. Les lauréats sont élus par les membres de la communauté et un petit panel de juges. Cette année, les finalistes sont : Ambassadeurs des Océans, un groupe éduquant les lycéens à la politique maritime en organisant des réunions sur le modèle de celles des Nations Unies ; Plastikiller, un groupe scolaire travaillant à la protection des tortues contre la pollution plastique ; et Protège Ton Île, une association qui s'efforce d'évaluer et d'atténuer les effets de la fréquentation des petites îles.

Des visiteurs de la Journée mondiale de l'océan ont collaboré à la réalisation de cette œuvre éphémère reproduisant la forme de la Nouvelle-Calédonie et du Parc naturel de la mer de Corail.
P. Souviat

Des événements tels que le Festival international de l'image sous-marine et la Journée mondiale de l'océan rassemblent la communauté, le gouvernement et des organisations de protection pour engager un dialogue sur la protection de l'océan et les avantages des aires marines protégées. Le projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli et ses partenaires espèrent que ces événements rapprocheront les populations de leurs dirigeants, afin de travailler ensemble à la protection de l'océan pour les générations à venir.

Christophe Chevillon, responsable du projet, et Gillian Sawyer, associée principale, collaborent sur le projet Héritage des océans de Pew et Bertarelli.