Règles d’exploitation

Élaboration d’un plan de gestion efficace de la pêche à long terme

© Adam Baske

En bref

Les stratégies d’exploitation, également connues sous le nom de plans de gestion, correspondent aux approches scientifiques les plus récentes qui cherchent à mettre en place une gestion efficace de la pêche. Dans l’idéal, si elles sont développées correctement, ces stratégies complètes ont pour point de départ des objectifs de gestion précis et incluent le contrôle du stock une fois la mise en oeuvre terminée. De cette manière, les gestionnaires et les parties prenantes se font une idée précise de la meilleure voie à suivre pour l’avenir de la pêche.

Les règles d’exploitation sont la composante opérationnelle de la stratégie d’exploitation. Elles correspondent à des directives préétablies qui déterminent les quotas de pêche et qui reposent sur des points de référence représentatifs de l’état du stock ciblé. Il existe deux catégories de points de référence : empirique et fondé sur un modèle.

Les points de référence empiriques des règles d’exploitation reposent sur une ou plusieurs mesures directes de l’état du stock : par exemple une enquête d’abondance ou des calculs permettant de déterminer l’effort de pêche, également appelé l’indice de capture par unité d’effort. Les points de référence fondés sur un modèle des règles d’exploitation reposent généralement sur un niveau d’abondance estimé par un modèle d’évaluation du stock.

Les règles d’exploitation peuvent être basiques : stratégies de capture constante (les volumes de capture ne changent pas) et compliquées : règles à plusieurs étapes qui définissent le total des captures admissibles en fonction d’éléments déclencheurs. Souvent, la première mesure de gestion d’une règle d’exploitation a lieu lorsque la biomasse d’une espèce atteint un point de référence cible. Dans d’autres configurations, aucune mesure n’est prise tant que la pêche n’atteint pas un seuil de référence ou un point de déclenchement. Ce volume peut se situer en dessous ou au-dessus de la valeur cible et servir de déclencheur pour la mise en place de mesures basées sur les objectifs du plan de gestion.

Il existe quatre types de règle d’exploitation : la règle de constance, de seuil, d’étape et de variabilité. Les mesures de gestion mises en oeuvre pour réguler la pêche peuvent être basées sur la capture, l’effort (par exemple le nombre de jours de pêche) ou le taux de mortalité par pêche (F). Les règles d’exploitation impliquent la modification d’autres règles, comme la longueur ou l’échelle des fermetures de zones ou les limites de tailles.

Actuellement, les Organisations régionales de gestion de la pêche (ORGP) qui gèrent la pêche au thon et qui développent les règles d’exploitation, se servent principalement des règles de variabilité et d’étape. Une étude ORGP sur le thon a réalisé une comparaison entre l’efficacité des règles de constance et celle des règles de variabilité et en a tiré les conclusions suivantes : les règles de variabilité sont en moyenne plus préventives et on peut observer un volume d’abondance plus important et des volumes de captures annuels légèrement inférieurs.1 En examinant de plus près les différentes règles de variabilité, il a été établi que les versions permettant des volumes plus importants de captures à l’état « sain » nécessitent généralement une intervention de gestion plus rigoureuse lorsque les points de référence sont atteints. Cette découverte a engendré une augmentation de la variabilité en capture et en effort de pêche d’années en années.

Conclusion

Les règles d’exploitation offrent plus d’avantages que l’approche traditionnelle qui consiste à réaliser des évaluations des stocks puis à négocier les limites ou les quotas de pêche. Les mesures de gestion préétablies qui sont prises en fonction des points de référence de l’état des stocks améliorent l’efficacité et la transparence de la gestion. Elles permettent également d’éviter des négociations politiques aussi laborieuses qu’onéreuses.

Une fois les règles potentielles d’exploitation définies par les gestionnaires, le processus d’évaluation de la stratégie de gestion peut être utilisé pour définir les approches les plus pertinentes pour la réalisation les objectifs de pêche prédéfinis. Ces évaluations peuvent notamment tester l’efficacité de la règle en toutes circonstances, ce qui augmente la probabilité de réalisation des objectifs malgré les aléas de la pêche. C’est pour cela que les cinq ORGP ont développé, ou sont en voie de développer des règles d’exploitation pour les stocks qui relèvent de leurs compétences.

Notes de fin de texte

  1. Aaron M. Berger et al., Introduction to Harvest Control Rules for WCPO Tuna Fisheries (novembre 2012), https://www.wcpfc.int/system/files/MOW1-IP-06-Intoduction-HCRs-WCPO-Fisheries-%28MI-WP-03%29.pdf.